Origine

On se console
des mots qui buttent
on  reste en affût
 à la lisère 
de nos rêveries

on retourne
les phrases sur elles mêmes

jusqu’au lieu
où jaillissent
les anciennes prières
dont on a perdu la langue

et pourtant familières

Auteur : tracesdusouffle

Marie-Anne Schonfeld