Source

poesie-photographie-tracesdusouffle-marie-anne-schonfeld-source.JPG

que tu ne sois pas seule
à regarder la poussière
déposée
dans tes mains vides

qu’une tendresse
essuie le passage
du temps

que les larmes
s’autorisent à couler
sur les lignes
gravées
le long de ta peau

retour
à la source
vulnérable

 

Auteur : tracesdusouffle

Marie-Anne Schonfeld