Maillage

photographie-poesie-tracesdusouffle-maillage.JPG

Quel vent
a creusé
dans la clôture

il n’y a plus de limite
pour border
le chemin

l’oeil fouille
au delà

la peau
se laisse devenir
enveloppe
afin que le corps
demeure
à l’aplomb
de l’instant

 

Auteur : tracesdusouffle

Marie-Anne Schonfeld