Vivance

poesie-photographie-tracesdusouffle-vivance.JPG

C’est au bout
d’un voyage
après les traversées
du silence
que l’oeil
peut s’accorder
avec
le presque rien

le squelette
dressé
relâche la tension

la peau
enveloppe
tendrement
l’unité retrouvée

on s’étonne
de l’air
qui nous contient

au fond du ventre
comme un coeur
qui bat